En cette période de nouvelles anxiogènes, de statistiques inquiétantes ou de discours culpabilisants diffusés chaque jour par les médias, on pourrait désespérer de l’avenir. « Ne nous laissons pas faire », lance Mgr Guy Harpigny.

« La religion, ce n’est pas seulement pouvoir aller à minuit à la messe de Noël, mais c’est essayer de devenir chrétiens en répondant à un appel personnel, et on vit cette réponse ensemble de temps en temps. » Pour notre évêque, il faut regarder ce que cette situation de crise peut transformer en nous et continuer à partager notre foi et notre espérance avec tous ceux que nous croisons (cliquer ici).