Au cœur de l’épreuve de la pandémie que nous traversons maintenant depuis plus de 9 mois, que de beaux gestes de solidarité et d’empathie ont été posés par des hommes, des femmes et des enfants animés d’un désir d’encourager, de soulager, et d’apaiser, d’aimer!

C’est ainsi qu’au Foyer Saint-Augustin comme à la Maison de Repos des Pauvres Sœurs, nous avons été témoins de gestes inattendus, gratuits, humbles, modestes ou importants.

Je voudrais rendre témoignage à toutes ces personnes, chrétiennes ou non, issues d’associations ou d’une administration officielle, qui se sont levées et se sont mises en route pour apporter un peu de réconfort inattendu.

Nous avons beaucoup entendu parler de la souffrance des personnes hébergées en institution et des soignants y qui ont travaillé au risque de leur vie!

Mais fort heureusement, nous avons perçu à ce moment le soutien d’une communauté humaine qui nous portait. Nombreuses ont été les lettres reçues, les douceurs apportées pour aider à tenir debout.

Quelques gestes ont été de toute beauté!

Par exemple, à l’initiative d’une jeune fille ayant interpellé sa maman, nous avons reçu autant de bouquets ou assiettes garnies qu’il n’y a de résidents dans la Maison. D’un service-club nous avons reçu des dizaines de belles roses de Noël qui garnissent encore les tables du restaurant. Que de cartes reçues de plusieurs écoles! Et je ne parlerai pas de ceux qui sont venus donner de leur temps pour une visite ou d’une veillée(s) de Noël,…

Nous n’oublierons pas tous les nouveaux bénéficiaires qui se sont présentés au Foyer Saint-Augustin. Je pense aux étudiants qui, en perdant leur emploi, ne peuvent plus subvenir à leurs besoins, ni manger à leur faim. Sans oublier les travailleurs aux emplois précaires perdus.

Ici aussi, je voudrais citer plusieurs actions menées pour offrir un «plus» dans les caddies ou sac des bénéficiaires grâce à une tonne de nourriture, fruit de dons et de collectes diverses. À l’initiative de la Ville de Mons, de la catéchèse et d’une entreprise, se sont près de 400 cartes de voeux ont pu être distribuées. Et cela faisait manifestement plaisir! Café, produits d’hygiène et autres gâteries n’ont pas manqué!

Ce ne sont pas moins de 120 familles qui sont aidées, et entre 250 et 300 personnes qui bénéficient d’une aide à chaque distribution.

Tous ces gestes nous montrent bien que si la société peut paarfoir paraître individualiste, elle peut aussi se montrer très généreuse et solidaire!

Que tous en soient remerciés!

Chaque geste accompli avec amour est autant de perles brillantes qui illuminent notre monde «et Dieu vit que cela était beau»!

Le site www.pauvres-soeurs.be vous donne accès à beaucoup d’informations qui peuvent se révéler utiles. N’hésitez pas à le visiter!

Que la paix, la concorde et la santé vous soient accordées à chacune et chacun d’entre vous.

Et, comme nous avons l’habitude de dire: «Prenez bien soins de vous et des autres». Qu’il en soit ainsi.